top of page
Rechercher
  • Traduction : Dean

Ma vie d'ancien esclave dans un autre monde

Dernière mise à jour : 29 oct. 2023

Chapitre 4


Je me souviens, il y a bien longtemps


A peine arrivée à l’entrée de la ville, un soldat commença à donner des ordres :


«Tous les humains de ce chariot descendent et tendent la main droite, paume vers le ciel devant eux »


Cela semblait être un texte appris et répété des dizaines de fois. Les humains s’exécutent. Sans ménagement, le soldat piquait sur un des doigts tendu une aiguille. Une deuxième soldat passait derrière lui pour poser un bout de tissu blanc sur la blessure qui saignai.

Une troisième soldat, examinait le tissu et de tout en temps, donnait un ordre :


« Toi, va dans ce chariot »


Cela représentait une personne sur 10 environ. Les regards des elfes qui suivaient les humains qui allaient dans le chariot paraissaient étranges.


De façon fugace, cela m’a fait penser à moi-même lorsque je voyais les cadeaux de Noël sous le sapin. Mon envie de les ouvrir tout de suite, de déchirer le papier cadeau afin d’avoir quelque chose que j’attendais longtemps.


La personne à mon gauche eu le droit à cette phrase. J’avais pu entrevoir le bout de tissu sur sa main. Si le mien était rouge de sang, le sien était violet.Une fois que tout le monde est passé à cette épreuve, les elfes ont fait alignés les humains restants sur la place du marché.


Les elfes qui attendaient maintenant depuis un bon moment se sont précipités vers nous.


Nos ordres étaient simples : « Personne ne bouge sans ordre contraire »


Un elfe se tenait devant moi et tendant la main dit :


« Analyse »


Je ne sentis rien de particulier, l’elfe par contre fit la tête d’une personne excessivement déçue :


«Un bon à rien, vite au suivant »


Certains elfes me demandaient de poser ma main sur une tablette. Si en général, ils firent tous la même tête que le premier, certains m’insultaient du style :


« Ce genre d’humain est vraiment un déchet »


Mes compagnons d’infortune n’avaient pas le droit au même traitement. De façon régulière, les elfes leur passaient autour du cou une pancarte et criait :


« Achat à valider »


Un vieil elfe en toge s’approchait, examinait l’humain et donnait un prix.

Si le prix convenait, l’humain accompagnait l’elfe sinon l’elfe enlevait la pancarte et continuait son marché.


Un elfe ventripotent est venu à moi.


« Mets ta main sur la tablette »


L’elfe regarda sur sa tablette, me regarda puis de nouveau sa tablette. Un grand sourire illuminait son visage. Il me mit une pancarte sur le cou et dit la phrase habituelle.


« Achat à valider »


Le vieil elfe s’approcha de moi :


« Analyse »


Le vieil elfe fut la moue.



« Bonjour Tilla, tu es sûr de vouloir cet esclave, sa compétence est plutôt inutile »


« Mes salutations, grand Prêtre, je me suis dit qu’un esclave bon marché me serait utile pour faire une petite expérience »


« Je vois Tilla, c’est assuré que celui-ci ne va pas te coûter cher que dirais tu de 70 pièces d’argent, cela couvrira à peine l’invocation et le collier d’asservissement mais je ne pense pas que quelqu’un d’autre soit intéresse par cet humain »


« Merci, grand prêtre, je souhaiterais savoir quel sort de traduction il a reçu »


« Le sort basque du langage uniquement »


« Dans ce cas, afin que l’église rentre dans ses frais, je souhaiterais un sort complet de traduction »


« Tilla, voyons, cela va te couter une pièce d’or, plus cher que le prix de cet humain »


« J’y tiens ,grand prêtre »


« Si tu insistes, va payer pendant que je m’en occupe »


Le grand prêtre psalmodiait pendant quelques instants puis un cercle de lumière apparu autour de mes pieds.Le grand prêtre termina son incantation et le cercle disparut.


L’elfe qui m’avait acheté vint à moi.


« Je me nomme Tilla, je suis maintenant ton maître et c’est ainsi que tu devras me répondre. As tu compris ? »


« Oui, Tilla » répondis-je


« Non, pas ainsi »


Il me fallut un instant pour comprendre

« Oui, maître »


« Parfait, maintenant suis moi »



Comentários


bottom of page